Bibliothèque de Maisons-Laffitte

Ouvrira à 10:00

Horaires d'ouverture


 

Mardi : 15h - 18h30

Mercredi : 10h - 18h30

Vendredi : 15h - 18h30

Samedi : 10h - 17h

 

Partager "1 - Les horaires" sur facebookPartager "1 - Les horaires" sur twitterLien permanent

De nouveaux horaires ?


Du 15 octobre au 15 décembre

donnez votre avis !

Un questionnaire est disponible

à la bibliothèque

ou directement ici

Partager "1b - Questionnaire horaires" sur facebookPartager "1b - Questionnaire horaires" sur twitterLien permanent

Nous contacter


 

01 34 93 12 91

 

bibliotheque@maisonslaffitte.fr

 

 

Bibliothèque municipale

39, avenue Longueil

78 600 Maisons-Laffitte

Entrée place du

Maréchal Juin

Partager "2 - Coordonnées de la bibliothèque" sur facebookPartager "2 - Coordonnées de la bibliothèque" sur twitterLien permanent

WIFI gratuit


 

Sur présentation d'une pièce d'identité ou de la carte de bibliothèque.

 

 

Autorisation parentale à remplir au préalable pour les mineurs à partir de 14 ans

 

Partager "4 - WIFI" sur facebookPartager "4 - WIFI" sur twitterLien permanent

Accessibilité du site

 

Mon tour de France (Jamy Gourmaud)

note: 5Découvrez les curiosités du patrimoine français avec Jamy bibliothécaire - 12 novembre 2019

Jamy Gourmaud, connu pour ses émissions cultes « C’est pas sorcier » et « Le monde de Jamy », nous entraine dans un tour de France à la découverte des richesses et curiosités de notre patrimoine, des volcans du Massif central aux restes de dinosaures dans l’Aude en passant par l’origine du savon de Marseille. Un documentaire à découvrir absolument et qui plaira aussi bien aux adolescents qu’aux adultes.

Les os des filles (Line Papin)

note: 5Les os des filles Agnès - 7 novembre 2019

D'une écriture toute en finesse et en retenue, sans nombrilisme et descriptions sans fin, l'auteur (franco-vietnamienne) nous raconte et nous fait ressentir son enfance merveilleuse à Hanoï, le déracinement qu'a été pour elle le déménagement à Paris puis son retour au Vietnam. Une délicieuse lecture, parfois dure mais toute en délicatesse.

Je recycle (Sabine Jeannin)

note: 4Des astuces pour moins jeter bibliothécaire - 6 novembre 2019

Que cela soit dans la maison ou au jardin, voici des bons plans pour moins jeter !
En faisant appel à votre créativité, vous pouvez offrir une nouvelle vie aux objets usagés en leur trouvant une autre utilité. Ce guide pratique vous donne des idées telles que reconvertir des pots de yaourts ou des briques de lait, réutiliser des chutes de moquette ou bien encore transformer de vieux pots en terre.

La vérité sur Dix petits nègres (Pierre Bayard)

note: 5Qui ose contredire la reine du crime ? bibliothécaire - 6 novembre 2019

Pierre Bayard donne la parole au véritable meurtrier du célèbre roman policier d’Agatha Christie pour nous proposer une fin qui lui semble beaucoup plus vraisemblable. Oser contredire la reine du crime ? Pierre Bayard le fait avec acuité et intelligence. Un essai enthousiasmant !

Le burn out (Danièle Linhart)

note: 4Quand le management fait mal bibliothécaire - 6 novembre 2019

Lorsqu’on finit par douter de sa propre valeur et de sa légitimité sur son lieu de travail, attention, il y a danger !
Danièle Linhart parle du burn out dans cette BD documentaire, en y mettant une touche d’humour. Le sujet reste grave mais cette présentation permet d’ouvrir la discussion.

Les leçons du vent (Kenneth White)

note: 4Un poète et son univers bibliothécaire - 6 novembre 2019

Kenneth White part de ses lectures de Jack London, Joseph Conrad, Stevenson ou bien encore Tchekhov et dessine une carthographie, une « cosmolittérature », en leur rendant hommage et en prolongeant leurs pensées. Une belle navigation de l’esprit !
Écossais d’origine, Kenneth White a fondé en 1989 l’Institut International de Géopoétique.
Il vit actuellement sur la côte nord de la Bretagne.

Prenez le temps d'e-penser n° 1 (Bruce Benamran)

note: 5La science à portée de tous ! bibliothécaire - 6 novembre 2019

Bruce Benamran, de la chaîne Youtube « e-penser » spécialisée dans la vulgarisation scientifique, nous explique dans ce livre quelques phénomènes scientifiques allant du Big Bang à la relativité générale en passant par la mécanique classique et la thermodynamique. Le tout est expliqué de manière compréhensible afin que les lecteurs les moins scientifiques puissent comprendre facilement. L’auteur en profite également pour répondre à quelques questions que certains ont pu se poser : qu’est-ce qu’Einstein a réellement fait de son vivant ? Pourquoi y a-t-il des gauchers et des droitiers ? Pourquoi bailler est contagieux ?
Un second tome est également disponible en rayon pour ceux qui veulent en savoir toujours plus.

Terre secrète (Patrick Baud)

note: 5Partez à la découverte de lieux merveilleux bibliothécaire - 6 novembre 2019

Dans Terre secrète, Patrick Baud, connu pour sa chaîne Youtube « Axolot », nous fait voyager à travers le monde, vers des lieux naturels insolites et nous explique leurs origines et les phénomènes qui les ont fait naître. Un documentaire qui en met plein les yeux et nous fait (re)découvrir des sites magiques de notre planète.

Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon (Jean-Paul Dubois)

note: 5Une belle façon d'écrire le monde bibliothécaire - 6 novembre 2019

Paul, le narrateur, est détenu dans une prison canadienne. Il partage sa cellule avec Patrick Horton. Les deux hommes sont bien obligés de s’entendre et cette cohabitation forcée a fait naître un début d’amitié. Ils se respectent et Horton, le passionné de Harley, finit même par montrer ses points faibles. Paul, lui aussi, mais à sa façon. Il a la visite, durant la nuit, des disparus qu’il a aimés : Winona, sa femme, son père et son chien. Et, par bribes, Paul déroule son passé. Il prend son temps pour nous mener vers ces journées qui ont bouleversé sa vie.
Ainsi, on apprend que Paul a grandi à Toulouse, que son père était un pasteur danois. Puis le narrateur a été concierge d’un immeuble de standing au Canada. On revit alors sa rencontre avec Winona et l’on comprend ce bonheur naissant qui submerge tout.
Jean-Paul Dubois, une nouvelle fois, parle d’amitié, de perte, de nostalgie : des thèmes très présents dans son œuvre.
On est sous le charme de sa plume, reconnaissable à chaque titre, avec cette gravité mêlée d’humour et cette façon d’amener ses personnages, de nous les faire aimer ou détester.
Il est certain que Jean-Paul Dubois aborde le monde avec une grande empathie pour ses semblables !

Chemin faisant (Jacques Lacarrière)

note: 5La France marchée de Lacarrière bibliothécaire - 31 octobre 2019

Jacques Lacarrière, remarquable conteur, voyageur, spécialiste des mythes et de la Grèce, nous propose ici de l’accompagner dans une traversée de la France. Des Vosges aux Corbières, dans la France des années 1970, en prenant le temps d’une observation si rare de nos jours, l’auteur nous fait part de ses impressions et des connaissances (il a notamment tenu un mémoire de mots propres à la géographie des lieux traversés en passe de mourir) qu’il a pu acquérir en marchant seul et équipé du minimum vital sur la route. D’une écriture limpide et riche, tenant aussi bien du récit de voyage que de l’approche ethnographique, ce récit fait découvrir au lecteur une France enfouie, occultée par les métropoles, aux multiples caractères : de la toponymie germanique d’Alsace aux usages gaulois qui perdurent en Bourgogne, en passant par l’aridité des Causses d’Aveyron et la gaité violente du Languedoc. L’auteur est parfois dur mais toujours juste envers lui-même comme avec ce qu’il observe. Ses longs séjours de résidence et de déambulation en Grèce lui donnent un point de comparaison tout à fait éclairant pour juger et saisir, en bon moraliste, le caractère propre de notre territoire. Notons en outre la veine libertaire dans laquelle s’inscrit ce texte empreint d’un profond sentiment de liberté, c’est un appel à la connaissance du monde par le truchement de l’errance attentive. La conclusion de ce livre est une réponse bienveillante et intéressée aux lettres qu’a reçues l’auteur à la suite de la première publication du texte ; ces échanges que suscite l’écriture sont le cœur battant de son travail. Un très beau moment de lecture, humain, lucide et original à la découverte de notre pays.

Sauvage (Jamey Bradbury)

note: 5Hymne à la nature bibliothécaire - 29 octobre 2019

Ce récit, à la frontière du fantastique, nous offre un véritable hymne à la nature et à l’aventure. En le lisant, nous sommes à la fois projetés au milieu du silence de la forêt et des aboiements des chiens du chenil. Dans ce premier roman, Jamey Bradbury capte entièrement le lecteur jusqu’à l’issue finale, avec une héroïne très touchante et émouvante lorsqu’elle tombe amoureuse ou qu’elle travaille avec ses chiens, mais aussi inquiétante et dangereuse lorsqu’elle veut protéger sa famille et qu’elle sent le danger autour d’elle. Un récit rythmé et très bien écrit qui pourra parfois dérouter mais qui ne laissera personne indifférent.

Vox (Christina Dalcher)

note: 5Une dystopie qui rend hommage au langage bibliothécaire - 29 octobre 2019

Christina Dalcher nous plonge dans une dystopie glaçante qui rend hommage aux mots et au langage. Ce roman risque de vous laisser sans voix !

Une étincelle de vie (Jodi Picoult)

note: 5Un compte à rebours bibliothécaire - 29 octobre 2019

Un récit original, monté comme un compte à rebours, qui permet au lecteur de remonter le fil de la journée, heure par heure, et de découvrir que tous les destins des personnages sont liés. Ce roman, en plus d’explorer des relations d’un père célibataire avec sa fille unique, dénonce les difficultés qu’ont les femmes, encore aujourd’hui, de disposer librement de leur corps.

Chien-loup (Serge Joncour)

note: 5Pour se déconnecter du numérique bibliothécaire - 29 octobre 2019

Dans ce roman, Serge Joncourt met en parallèle notre société ultra rapide où l’individualisme a remplacé la communauté et la Première Guerre mondiale où, pendant quatre ans, les femmes françaises ont tenu à bout de bras l’économie de notre pays en remplaçant leurs maris dans les champs et les usines. Dans un pays où l’agriculture n’est pas encore motorisée, on peut deviner la difficulté qu’ont eu ces dernières à manipuler les outils conçus pour les hommes. Un récit attachant à lire pour ce déconnecter du numérique qui nous entoure.

Leïlan (Magali Ségura)

note: 5Pour les amateurs de merveilleux bibliothécaire - 29 octobre 2019

Magali Ségura nous plonge dans un univers de fantasy particulièrement riche et développé. Un roman tout en émotions qui mêle tous les codes de l’heroic fantasy. Une lecture pour tous les amateurs de merveilleux.

Gatsby le magnifique (Francis Scott Fitzgerald)

note: 5L'Amérique des années vingt bibliothécaire - 11 octobre 2019

Gatsby, âgé d’une trentaine d’années, a vaillamment combattu pendant la Première Guerre mondiale et est revenu en Amérique bardé de médailles. Avant de partir à la guerre, il a fait la connaissance de Daisy, jeune femme très belle issue de la grande aristocratie newyorkaise, dont il est tombé éperdument amoureux. À son retour, Gatsby apprend que Daisy est mariée à Tom Buchanan, un homme arrogant et brutal. Rongé par le chagrin, Gatsby fera tout pour reconquérir Daisy.
Un petit bijou littéraire dans lequel on retrouve tout le talent et la liberté d’esprit de l’auteur !

Entre eux (Richard Ford)

note: 5La place du fils bibliothécaire - 11 octobre 2019

Dans ce récit intimiste et sensible, le grand romancier américain Richard Ford retrace la vie de ses parents, leur couple et la place que lui, leur fils unique, a occupé "entre eux".
Agrémenté de photos personnelles de l’auteur, le livre est un récit touchant sur l’amour et sur la force des liens intrafamiliaux.

Les gratitudes (Delphine de Vigan)

note: 5Touchant et tendre ! bibliothécaire - 11 octobre 2019

Delphine de Vigan aborde dans ce très beau roman le thème des maisons de retraite et de la vieillesse. Une vieille dame, Michka, est contrainte un jour, car elle n'est plus assez autonome pour rester chez elle, d'intégrer un établissement de type Ehpad. N'ayant pas d'enfant ni de famille, c'est Marie, une jeune femme dont Michka s'est beaucoup occupée dans le passé, qui va prendre soin de son amie.
Un roman sensible et généreux, à lire absolument !

Pionniers (Willa Cather)

note: 5L' Amérique des pionniers bibliothécaire - 11 octobre 2019

Willa Cather s'est inspirée de son enfance dans le Nebraska, au cœur de la région des Grandes Plaines et du Midwest pour écrire son livre.
Elle y décrit la vie d’une famille de fermiers suédois venus s’installer sur des plaines arides et inhospitalières. Alexandra, l’aînée, doit prendre en charge ses trois jeunes frères lorsque leurs parents disparaissent.
Dans une très belle langue, Willa Cather décrit la nature sauvage avec poésie et sensibilité et nous livre un grand roman !

Une existence tranquille (Kenzaburō Ōe)

note: 5Une chronique japonaise bibliothécaire - 11 octobre 2019

Pendant l’absence de leurs parents, Mâ est chargée de veiller sur ses deux frères, le cadet, Ô, qui se prépare à rentrer à l’université et leur aîné, Eoyore, handicapé mental.
Durant huit mois, Mâ relate leur vie au Japon et tient le journal de leur "existence tranquille" qui mêle quotidien et gestes habituels aux événements qui vont bouleverser la famille.
Une chronique sensible et tendre, écrit par l’un des plus grands romanciers japonais du XXe siècle.

Des jours d'une stupéfiante clarté (Aharon Appelfeld)

note: 5Un roman lumineux bibliothécaire - 11 octobre 2019

Ces jours d'une stupéfiante clarté, ce sont ceux qui attendent Theo, jeune homme âgé de 20 ans qui vient d'être libéré d’un camp de concentration.
Après des années d'horreur et d'épuisement, Theo décide de partir seul à pied pour rejoindre la ville autrichienne où il habitait avant d'être déporté. Le voyage sera long et éprouvant. Theo va rencontrer sur son chemin plusieurs rescapés qui, comme lui, tentent de redonner un sens à leur existence.
Un magnifique roman, celui d'une renaissance.

Carnets (Goliarda Sapienza)

note: 4L'écriture sans relâche bibliothécaire - 11 octobre 2019

Goliarda Sapienza sait quel gouffre cela peut être d’écrire et de ne pas être reconnue.
Ces Carnets montrent le courage de cette femme et sa détermination à écrire malgré les obstacles, un monde encore machiste dans l’Italie des années 70.
Goliarda Sapienza est née à Catane, en Sicile, en 1924, dans une famille socialiste anarchiste. Après avoir suivi des cours d’art dramatique à Rome, elle monte sur scène dans des pièces de Pirandello. Puis elle participe à la Résistance italienne en 1944, auprès de son père. En 1951, elle connaît un immense succès pour son rôle dans Vêtir ceux qui sont nus de Pirandello. Cinq ans plus tard, elle commence à écrire des poèmes et, en 1958, s’éloigne du cinéma et du théâtre pour se consacrer à l’écriture.
De santé psychique fragile, elle fait une première tentative de suicide en 1962.
En 1967, elle entame l’écriture de l’Art de la joie, son grand roman, refusé par la plupart des éditeurs italiens, qui sera publié en France en 2005 par Viviane Hamy et très bien reçu par le public. Elle n’aura connu aucun succès éditorial de son vivant.
Ces carnets courent sur vingt ans jusqu’à sa mort en 1996. Elle y évoque ses voyages, ses doutes, son amour pour son mari Angelo Pellegrino. De lui, elle dit « Angelo m’est proche, par bonheur, mais il y a aussi que si je ne l’avais pas rencontré, je n’aurais plus jamais tenté de publier quoi que ce soit. »
Goliarda Sapienza était persuadée que la souffrance était une composante de toute existence. Son chemin de vie le prouve, loin de l’arrogance des certitudes.

L'âge d'or n° 1 (Cyril Pedrosa)

note: 5Une héritière évincée bibliothécaire - 11 octobre 2019

S’inspirer d’un retable médiéval ou d’un tableau de Brueghel pour faire naître une bande dessinée, est-ce possible ?
Certainement, quand on a le talent de Cyril Pedrosa et de Roxanne Moreil, qui ont signé le magnifique L’Âge d’or, cette saga médiévale aux couleurs chatoyantes.
Tilda, héritière du royaume et évincée par son frère, sous la férule maternelle. Elle choisit l’exil, avec quelques compagnons fidèles, sans toutefois renoncer à reconquérir le trône.
Dans sa fuite, elle croise une terre de misère où la population est séduite par des idées nouvelles, un monde où la servilité n’existerait plus. Un révolutionnaire prône la révolte pour retrouver cet âge d’or. Ils trouvent refuge dans un phalanstère féminin puis chez un vieux seigneur aveugle.
Cette première partie offre des doubles pages somptueuses où les dessins et les couleurs viennent appuyer la narration. Cyril Pedrosa, qui nous avait régalés avec le très beau roman graphique Portugal, utilise une technique narrative qui consiste à faire avancer son personnage dans une même case, ce qui apporte beaucoup de fluidité au récit, déjà très rythmé.
On attend avec impatience le tome 2 !

A la ligne (Joseph Ponthus)

note: 5Au rythme de la chaîne bibliothécaire - 11 octobre 2019

En attendant de trouver un travail qui correspond à sa formation, le narrateur s’est inscrit dans une société d’intérim. Il a fait le choix de quitter sa région pour rejoindre son amoureuse en Bretagne. Mais ses études et son expérience ne lui ont pas permis pour le moment de continuer à exercer son travail d’éducateur. Comme il faut bien vivre, il accepte des postes à l’usine (conserveries de poisson et abattoir). Et pour tenir le coup, il tient un journal pour coucher sur le papier ses colères, sa fatigue mais aussi les moments de fraternité avec ses collègues, ses ballades en bord de mer pour évacuer le stress, les dialogues intérieurs avec ses auteurs fétiches : Dumas, Apollinaire…
Le titre de ce premier roman de Joseph Ponthus fait bien sûr référence à la ligne de montage de l’usine mais prend un tout autre sens à l’ouverture du livre, par la forme du texte.
Le rythme de lecture s’en trouve modifié, comme si on suivait, avec les mots lus, la cadence de travail du narrateur. C’est une expérience de lecture originale, qui peut surprendre mais qui convient absolument au récit. L’expérience de vie du héros nous bouscule également, ce travail harassant qui tous les jours se répète et cette litanie du quotidien qui vous assomme. Mais, entre les lignes, il y a du bonheur, celui de retrouver la femme aimée, le petit chien joyeux et la perspective d’un avenir meilleur.
Une magnifique découverte, un texte plein d’humanité !

Arthur le bandit (Benoît Debecker)

note: 4Un album à la Ungerer bibliothécaire - 20 septembre 2019

Arthur n’en fait qu’à sa tête depuis son plus jeune âge. Il tyrannise et vole tout le monde, ce qui lui vaudra le surnom d’Arthur le bandit. Il habite tout seul dans son grand château mais s’ennuie fermement, d’autant qu’il ne sait pas lire. Un jour, après une mauvaise chute de cheval, Arthur est recueilli et soigné par Marie-Rose qui, contrairement aux autres, n’a pas peur de lui et décide même de lui lire des histoires…

Ce livre aborde avec légèreté le pouvoir de la lecture et de l’imagination. Les illustrations rappellent l’univers de Tomi Ungerer et sont pleines de détails humoristiques. Cet album à l’ambiance western plaira aussi bien aux enfants qu’aux parents.

Acte de Dieu (Giacomo Nanni)

note: 5Une fable écologique belle et surprenante bibliothécaire - 17 septembre 2019

En ouvrant ce roman graphique, on est étonné par les dessins au visuel pointilliste, séduit par l’histoire, et captivé par la grande force du texte.
C’est pourtant une histoire simple. Un chevreuil a trouvé refuge près d’un parking de supermarché et non loin de là, un congénère est poursuivi par des chasseurs. Cette même nuit, un séisme va secouer cette partie des Apennins.
La particularité tient au récit polyphonique. En effet, l’auteur prête voix au chevreuil mais aussi à l’arme du chasseur ou à la force tellurique de notre chère Terre.
Dans cette fable écologique, Giacomo Nanni évoque les rapports de force de l’homme à la nature en y ajoutant des touches féériques. Il laisse derrière ses pages des interrogations, se gardant bien de trancher.
On est pris dans ses filets, complètement envoûtés par cette œuvre absolument originale !

L'été grec (Jacques Lacarrière)

note: 5Un récit de voyage classique à redécouvrir d'urgence bibliothécaire - 7 septembre 2019

L’été grec de Jacques Lacarrière, célèbre écrivain-voyageur, homme de théâtre et spécialiste de mythologie, est un ouvrage à mi-chemin entre le récit de voyage et le rapport anthropologique, ajoutons que la fluidité et le caractère vivant du style de son auteur font qu’il se lit comme un roman. Publié dans la fameuse collection Terre Humaine de l'ethnologue Jean Malaurie, spécialiste des peuples nordiques, ce texte raconte les impressions, observations et les approches de la Grèce par Lacarrière, depuis son premier voyage, en 1947, parti en stop du festival d’Avignon avec 300 francs en poche, jusqu’en 1976 où il constate avec mélancolie et compréhension les ravages comme l’intérêt pour les Grecs du déploiement du tourisme de masse. On suit l’auteur dans ses pérégrinations au Mont Athos où il rencontre une faune bigarrée de moines grecs, souvent illettrés et issus de milieux très pauvres, mais également russes, plus subtils et souvent aventureux, ayant été contraints à l’immigration par le régime communiste. L’atmosphère marquée de mysticisme, de frugalité, de superstition et d’exotisme fait vivre au lecteur une expérience ethnologique pour le moins singulière, et forte! L’auteur nous emmène ensuite dans les îles grecques, dont la Crète à laquelle il consacre un long chapitre, mais également à Mycènes, à Delphes et dans d’autres lieux, surtout ruraux et insulaires, particulièrement chargés pour l’imaginaire européen. Ce livre est un témoignage rare et précieux, loin de la Grèce antique figée et confisquée par les sévères études anciennes comme de celle largement occidentalisée que l’on peut connaître aujourd’hui. Un livre qui a bénéficié d’un grand succès lors de sa sortie et qu’il est urgent de redécouvrir, pour sentir ce qu’a pu être une société traditionnelle, enracinée et vivante, en Europe, il n’y a pas si longtemps.

Keith Haring (Kay Haring)

note: 5Coup de coeur bibliothécaire - 6 septembre 2019

Ecrit par la sœur de Keith Haring, ce livre nous raconte la vie de l'artiste, sa découverte du dessin avec sa famille puis son désir de dessiner tout le temps, partout et pour tous. Les illustrations sont très réussies, et placent de nombreuses reproductions dans leur contexte de création.
Un album documentaire touchant qui réussit à montrer la générosité de l'artiste. Passionnant et parfaitement adapté aux enfants.

Rapport au Greco (Niḱos KazantzaḱiÅs)

note: 5Une autobiographie littéraire grandiose bibliothécaire - 21 août 2019

Dans cette autobiographie littéraire Nikos Kanzantzaki se livre à un véritable exercice d’introspection et de mise à distance personnelle. Il s’agit là d’un texte fleuve, monstrueux, impressionnant qui retrace, à travers un travail de réminiscence sincère, des éléments cardinaux de l’histoire européenne. L’universalité de ce texte renvoie le lecteur à son enfance, aux contingences politiques, à l’amour de la terre natale, aux relations entre l’homme et les lieux, aux délicates initiations amoureuses, à son idéalisme passé, à la conquête de la sagesse et à la confrontation avec le passé. L’auteur termine ce récit, entre rêve et conscience, par une conversation imaginaire avec Le Gréco, son compatriote de Candie, exilé à Tolède pour parfaire sa maîtrise et son commerce de la peinture auprès des meilleurs professeurs ; Le Gréco dont on sait si peu de choses devient le confident de Kazantzaki. On suit avec beaucoup sérénité les pérégrinations de l’auteur dans ses voyages, dans sa recherche de l’absolu, au Mont Athos, à Athènes, à Jérusalem, à Paris, en Russie où il rencontre des personnages baroques, dont le plus resplendissant est le fameux Alexis Zorba. Son amour pour la Crète, pour la liberté et son désir de s’extirper de sa condition d’intellectuel coupé de l’expérience sensible rende ce livre touchant, ses pages d’une puissance poétique très intense, celles où il est question de son voyage en bateau sur la mer Egée par exemple, ou la profondeur philosophique générale, l’honnêteté de Kazantzaki envers lui-même font de ce texte aussi humble que grandiose un chef d’œuvre littéraire et un chef d’œuvre pour comprendre la condition humaine. Sur la tombe de Nikos Kazantzaki est écrit : je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre.

Complots à Versailles n° 4
Le trésor des Rovigny (Annie Jay)

note: 5Complot à versailles, le tresor des Rovigny MADELEINE - 26 juillet 2019

Ce livre est vraiment trop de chez trop bien. J'ai lu tous les livres d'Annie Jay !